Qu'est-ce qu'un psychologue clinicien?

Les psychologues cliniciens s'intéressent à la comprehension et aux interventions psychologiques pour aider les personnes ayant des problèmes psychosociaux et de santé. L'objectif est d'aider à résoudre des problèmes et/ou à mieux s'adapter aux exigences de la vie quotidienne.

Quelle est la différence entre un psychiatre - psychologue clinicien - psychothérapeute ?

 Un psychiatre est quelqu'un qui a étudié la médecine et a choisi par après la spécialisation psychiatrique. Comme un psychiatre est un médecin, il peut prescrire des médicament et la consultation psychiatrique est partiellement remboursée.

Un psychologue a, tout comme un psychiatre, fait des études universitaires mais il n'est pas médecin. La psychologie est une science qui étudie le comportement humain. Elle ne s'intéresse pas seulement à ce que font les individus mais comment ils le font, ce qu'ils ressentent, pensent et comment ils arrivent à des résolutions. La psychologie étudie les caractéristiques générales du comportement humain, mais aussi les différences individuelles et de groupes, les problématiques et le comportement dit normal.

Un psychologue clinicien a une formation universitaire, dans le domaine de la psychologie clinique. Le psychologue tente, par différentes méthodes, techniques et chemins d'approche, d’ enquêter, d’ expliquer et de traiter le fonctionnement humain (y compris la psychothérapie). 

Comment peut-on recadrer le psychothérapeute dans tout cela?

Un psychothérapeute est quelqu'un qui traite la souffrance psychique par des entretiens.

Depuis le 1er septembre 2016, la psychothérapie est également réglementée par la loi, puisqu'elle est considérée comme une spécialisation (traitement) réservée aux médecins, l’orthopédagogues cliniciens et psychologues cliniciens.

L'équipe de Psygroup est composée de psychologues-psychothérapeutes d’orientations différentes. Ils sont reconnus par la Commission des psychologues. En outre, ils sont tous membres de la Fédération belge des psychologues (BFP/FBP) et de diverses associations de psychothérapeutes.

Depuis le 1er septembre 2016, le psychologue clinicien est reconnu comme professions de la santé indépendante et autonome. Cela signifie que les psychologues cliniciens sont légalement tenus par le code de déontologie et doivent se conformer à la loi des professions de la santé.

Qu'est-ce que la psychothérapie ?

La psychothérapie, littéralement, « traitement de l’esprit », est une méthode de traitement qui vise à diminuer la souffrance psychique ou la rendre plus supportable. La psychothérapie est avant tout une rencontre qui prend la forme d’une relation de travail entre, d’une part, le thérapeute qui apporte ses compétences et son savoir-faire et d’autre part, le patient qui est disposé à mettre au grand jour ses pensées et sentiments.

 

La psychothérapie est l'appliciation justifiée et raisonnée de methodes et attitudes cliniques qui sont basées sur des principes psychologiques communément acceptés. Elle a pour but d'assister les personnes dans le changement de leurs comportements, pensées, émotions et/ou personnalité, dans le sens souhaité par eux*’ Prochaska, J. O., & Norcross, J. C. (1994). Systems of psychotherapy.

  *notre traduction

Que fait le psychothérapeute ?

Tout d’abord le thérapeute écoute. Il essaye de comprendre la perspective du patient. Il assiste, sans s'enfuir ou condamner. Il veille à instaurer un climat sécurisant, afin que des thèmes moins agréables ou plus douloureux puissent également être abordés. Le rôle du thérapeute consiste à attirer l'attention sur des thématiques pertinentes. Progressivement, un espace mental va se créer pour pouvoir sentir et exprimer ce qui jusque-là demeurait inconnu. C’est ainsi que se développent, pas à pas, des prises de conscience et que le patient apprend à accepter ce qui se passe en lui. Le thérapeute peut intervenir activement en lui suggérant des hypothèses et en le stimulant dans son évolution ou changement.

Le processus psychothérapeutique aide le patient à faire des choix et à développer des capacités d'action, tout en tenant compte de ses potentialités et limites tant physiques, familiales que sociales. Il en résulte une amélioration du bien-être psychique.

Certains psychothérapeutes ont un style très directif: ils posent des questions, structurent l’entretien et donnent des exercices ou conseils. D’autres ont un style moins directif et laissent l’initiative au patient de parler de ce qui le préoccupe.

Comment trouver le thérapeute ou la thérapie qui vous convient ?

Le choix d’une psychothérapie peut se déterminer au départ de trois critères. Ces derniers peuvent servir de fil conducteur lors d’un premier entretien.

Les “facteurs patients”: qu’attend il d’une thérapie (soutien ou plutôt confrontation?); de quel type de problème est-il question (problème comportemental ou de vécu?); ...

Les “facteurs thérapeutes” ou le style (par exemple, interventionniste ou pas, “accompagnant” ou “confrontant”, etc.): Ici, sont décrits les deux axes de style thérpeutique. Un bon thérpeute peut passer d’un axe à l’autre, il sera tantot plus interventionniste, tantôt moins, parfois plus “accompagnant”, parfois plus “confrontant”. Le plus important en thérapie réside dans la possiblité que se noue une bonne relation entre le patient et son thérapeute. En thérapie, il s’agit en effet de nouer une relation de confiance. Celle-ci dépend essentiellement de la personnalité tant du thérapeute que du patient. Contre toute attente, les études montrent que l’évolution du patient en thérapie est plus fonction d’une entente entre le patient et son thérapeute en ce qui concerne le style et la manière de concevoir le problème, que l’utilisation d’une méthode ou d’un style particulier dans le seul chef du thérapeute.

Un troisième critère situe le thérapeute entre deux autres axes: soit centré sur la plainte elle-même, soit centré sur la personne, et deuxièmement, soit “explorative”, soit systématique. La question est de savoir si l’accent est davantage mis sur l’exploration, l’introspection et le vécu ou plutot sur le travail en suivant un programme et des tâches particulières. Par ailleurs, on peut aussi se demander si le thérapeute est plutôt centré sur la personne elle-même ou alors si l’objectif premier est une diminution de la plainte ou souffrance initiale. Bien sûr, dans la pratique, les thérapeutes combinent ces deux manières de faire tout en mettant plus l’accent sur l’une ou l’autre.

De façon stéréotypée on pourrait classer les courants thérapeutiques classiques au départ de ces axes; la thérapie comportemantale serait alors plutôt centrée sur la plainte et systématique, alors que la psychanalyse serait davantage centrée sur la personne et explorative.

Conditions pour entamer une psychothérapie

Un désir et une demande personnels : on doit arriver soi-même au constat que l'on a besoin d'aide.

S'engager : être prêt à parler ouvertement et à se questionner (oser interpeller le thérapeute, quand quelque chose ne paraît pas clair).

Faire une psychothérapie implique, outre un investissement financier et temporel, un certain courage. On peut être confronté à des vécus désagréables, ce qui peut susciter des angoisses et créer des tensions.

Vos droits comme patient

Si vous décidez de commencer un traitement (p.e. une psychothérapie) avec un psychologue clinician, il s'agit d'un accord entre vous et votre psychologue selon la loi. Un tel accord comporte des droits et des obligations. Si vous allez en psychothérapie, il est important d'en être conscient.

En tant que professionnel agréé(e) du secteur des soins de santé, les psychologues cliniciens doivent respecter depuis le 1er septembre 2016 un certain nombre d’obligations légales supplémentaires. Ces nouvelles obligations sont énoncées dans la loi du 10 mai 2015 sur l’exercice des professions des soins de santé (l’ancien AR 78). Les psychologues cliniciens devront également respecter les dispositions de la loi relative aux droits du patient.

Aperçu des nouveaux devoirs et droits des psychologues cliniciens.

Devoirs et droits des psychologues cliniciens:


  • Continuité des soins
  • Liberté de diagnostic et liberté thérapeutique
  • Obligation d’adresser si nécessaire un client/patient à un autre professionnel
  • Droit à des honoraires ou à des rémunérations forfaitaires
  • Accords concernant l’utilisation de locaux, de personnel ou de matériel
  • Avantages injustifiés et interdiction de dichotomie

Code déontologique

Dans l’exercice de sa profession, un psychologue est soumis à certaines règles précises. Pour garantir une bonne qualité de soins, un psychologue est tenu par le code de déontologie* de la Commission des psychologues.

Les règles de bonne conduite reprises dans le code sont réparties selon 5 principes:

 Le secret professionnel : le psychologue est tenu en toutes circonstances au secret des informations qu’il échange avec son client, y compris après que leur relation professionnelle a pris fin. La loi ne prévoit une dérogation à cette obligation de confidentialité que dans certains cas exceptionnels.

Respect de la dignité et des droits de la personne : le psychologue est tenu de respecter les droits de son client, et en particulier sa liberté, sa dignité, son intimité, son autonomie et son intégrité. Un psychologue doit agir avec prudence et ne pas vous forcer à faire quoi que ce soit. Si le psychologue vous demande de faire ou de dire quelque chose et que vous ne voulez pas le faire vous restez libre de répondre ou non.

La responsabilité : quel que soit le règlement de travail auquel il est soumis, le psychologue est responsable des choix qu’il effectue et des avis qu’il fournit.

La competence : le psychologue se doit d’entretenir et de développer son expertise.

Intégrité et honnêteté : en tant que professionnel, le psychologue adopte une position indépendante. Il ne peut toutefois pas privilégier ses intérêts personnels dans le cadre de l’exercice de sa profession. Ce principe impose au psychologue de respecter un cadre strict en matière de recherche du profit, de mélange des rôles, de publicité, etc. A l’inverse, le psychothérapeute est aussi en droit d’attendre le respect de son patient et l’assistance de celui-ci aux rendez-vous prévus.

*Si le code déontologique n'est pas respecté, vous pouvez déposer une plainte auprès de la Commission des psychologues.

Liens


Fédérations

Fédération Belge des Psychologues
http://www.bfp-fbp.be

Union Professionnelle des Psychologues Cliniciens Francophones http://www.uppcf.be/

Commission des Psychologues
http://www.commissionpsychologues.be

European Federation of Psychologists' Associations
http://www.efpa.eu

Thérapie

Association Belge pour l'Intervention et la Psychothérapie Familiale et Systémique
http://www.abipfs.be

Association pour l'étude, la modification et la thérapie du comportement
http://www.ulg.ac.be/aemtc

Association Francophone de Psychothérapie Centrée sur la personne et expérientielle http://www.afpc.be/

l'Institut Belge de Psychotraumatologie et d'EMDR
http://www.bipe.be

European Family Therapy Association
http://www.europeanfamilytherapy.eu/

Autre sites interessants

Le Psychologue vous propose un ensemble de ressources concernant le métier de psychologue et la psychologie en Belgique
http://www.lepsychologue.be 

L’indicateur pour Psychologues Cliniciens
http://users.pandora.be/allemeesch

PsychologenAssociatie
http://www.psychologenassociatie.be

Dieter Verhaegen 
http://www.dverhaegen.be